distribution
Conforama devrait être repris par le propriétaire de But
Image_article_19011.jpg

L’information est tombée le mercredi 17 juin sur le site BFM Business. Elle a été depuis confirmée par de nombreux médias, dont Les Echos. Cette fois, le long feuilleton de la reprise de Conforama par le groupe autrichien Lutz et son entité Mobilux qui détient But a semble-t-il trouvé son épilogue. Effectivement, les deux enseignes sont tombées d’accord pour s’allier et éviter une faillite de Conforama. L’annonce officielle est attendue d’ici fin juin.

«Conforama France confirme envisager un adossement à Mobilux, l’actionnaire de But», a assuré la direction de l’enseigne à BFM Business, tout en précisant qu’aucun engagement ferme n’a été signé et que les discussions se poursuivent. Nos confrère de LSA ont contacté Jacques Mossé-Biaggini, délégué syndical central Force Ouvrière, deuxième syndicat représentatif derrière la CGT chez Conforama : «nous sommes rassurés, parce que Mobilux a un vrai projet industriel. C’est aussi un groupe européen. Et il prend en charge le plan social prévu».

L’actionnaire de But prévoit de reprendre Conforama, ses 8.000 salariés et ses 165 magasins en France. Il s’est engagé à assumer et payer les 150 millions d’euros de factures auprès des fournisseurs, dont un tiers sont français. But s’est aussi engagé à financer le plan de départs de 1.900 salariés, annoncé l’an passé, dont le coût atteint 116 millions d’euros. Pour financer l’opération, il décrochera un prêt de 322 millions d’euros garanti par l’Etat que la banque BNP Paribas refusait d’octroyer à Conforama seul.

Les actionnaires de But prévoient aussi d’injecter 200 millions d’euros pour rééquilibrer le bilan de l’enseigne. Selon BFM Business, But et Conforama ne seront pas fusionnées, en dehors des fonctions de gestion, financières et juridiques ainsi que les achats pour économiser sur les prix des fournisseurs.